<h1>Ressources naturelles du Gabon</h1> <a href="/" title="Omar Bongo Ondimba : Président du Gabon">Omar Bongo</a> | <a href="/parcours-politique-omar-bongo.php" title="Parcours politique d'Omar Bongo">Parcours politique</a> | <a href="/politique-gabon.php" title="Vie politique au Gabon">Vie politique</a> | <a href="/famille-bongo.php" title="Vie familiale du couple présidentiel gabonais">Vie familiale</a> | <a href="/presidence-gabon.php" title="Cabinet présidentiel gabonais">Cabinet présidentiel</a> | <a href="/gouvernement-gabonais.php" title="Gouvernement gabonais">Gouvernement</a> | <a href="/discours-declarations-omar-bongo.php" title="Discours et déclaration du président Omar Bongo">Discours et déclaration</a> | <a href="/unite-nationale-gabon.php" title="L'unité nationale au Gabon">L'unité nationale</a> | <a href="/transgabonais.php" title="Réseau ferroviaire transgabonais">Transgabonais</a> | <a href="/infrastructures-gabon.php" title="Infrastructures du Gabon">Les Infrastructures</a> | <a href="/agriculture-gabonaise.php" title="Agriculture gabonaise">Agriculture</a> | <a href="/energie-gabon.php" title="Secteur de l'énergie au Gabon">Energie</a> | <a href="/situation-sociale-gabon.php" title="Situation sociale au gabon">Social</a> | <a href="/culture-gabonaise.php" title="Culture gabonaise">Culture</a> | <a href="/communaute-economique-afrique-centrale.php" title="Solidarité régionale au gabon">Solidarité régionale</a> | <a href="/foret-tropicale-gabon.php" title="Forêt tropicale gabonaise">Forêt</a> | <a href="/transports-gabon.php" title="Transports au gabon">Infrastructures</a> | <a href="/exploitation-bois-gabon.php" title="Secteur du bois au Gabon">Bois</a> | <a href="/education-gabon.php" title="L'éducation au gabon">L'éducation</a> | <a href="/parcs-nationaux-gabon.php" title="Parc nationaux gabonais">Parcs nationaux</a> | <a href="/ressources-naturelles-gabon.php" title="Ressources naturelles du Gabon">Ressources naturelles</a> | <a href="/telecommunications-gabon.php" title="Secteur des Télécommunications au gabon">Télécoms</a> | <a href="/tourisme-gabon.php" title="Tourisme au gabon">Tourisme</a> | <a href="/travaux-publics-gabon.php" title="Travaux publics au gabon">Travaux publics</a> | <a href="/environnement-gabon.php" title="Environnement au Gabon">Environnement</a> | <a href="/diplomatie-afrique-centrale.php" title="Relations internationales avec l'Afrique centrale">Afrique centrale</a> | <a href="/situation-gabon-afrique.php" title="Relations internationales avec l'Afrique">Afrique</a> | <a href="/relations-gabon-france.php" title="Relations internationales entre le Gabon et France">Europe</a> | <a href="/relations-internationales-gabon.php" title="Relations internationales entre le Gabon et le reste du monde">Dans le reste du monde</a> | <a href="/articles-omar-bongo.php" title="Revue de presse sur Omar Bongo Ondimba">Articles de presse</a> | <a href="/interviews-omar-bongo.php" title="Entretient avec Omar Bongo Ondimba">Interviews</a> | <a href="/contacter-president-gabon.php" title="Contacter le Président du Gabon Mr Omar bongo Ondimba">Ecrire au Président</a> |
«    NOVEMBRE 2006     »
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30
 
Pour visualiser les vidéos du Président, Cliquez-ici
   
  + Résultats des élections
  + Lettres de Félicitations
  + Galerie de la campagne
Accueil   >   Ses dossiers   >   Ressources naturelles
 
 
Mr Richard Onouviet, Ministre des Mines, de l'Énergie, du Pétrole et des Ressources hydrauliques





La tradition minière du Gabon remonte aux années 60 avec l'ouverture de deux grandes mines ( U, Mn). Après l'épuisement du gisement d'uranium, la Comuf est actuellement fermée. En revanche, la Comilog est aujourd'hui le 5ème producteur mondial de manganèse, 3ème producteur mondial de manganèse métal et 1er exportateur mondial de bioxyde de manganèse.

Après avoir atteint une production annuelle de plus de 40 t durant la période coloniale, l'or fait aujourd'hui l'objet d'une activité artisanale. Dans le massif du Chaillu, les diamineurs ont produit de rares mais jolies pierres
Devant la dépendance de l'économie gabonaise vis-à-vis des exportations d'hydrocarbures, le gouvernement gabonais a décidé de diversifier son économie. Cette politique vise surtout les secteurs du tourisme et des ressources naturelles : pêche, bois, pétrole et, mines.

Pour assurer la promotion de ces différents secteurs, le gouvernement s'est attaqué à la révision du Code des Investissements, du Code Douanier, du Code Général des Impôts et du code Minier. L'objectif poursuivi en révisant ces lois est de rendre l'environnement des affaires plus attractif et de mieux les adapter au contexte économique international.

La volonté de l'Etat gabonais est d'améliorer le cadre institutionnel et d'adopter des textes réglementaires clairs, transparents, simples, et modernes afin de faciliter l'activité économique et d'assurer sa régulation. Dans cette démarche, le souci du Gabon est d'attirer de nouveaux investissements pour améliorer les secteurs rentables existants.

S'agissant du secteur minier, un nouveau Code Minier a été promulgué par le Chef de l'Etat le 12 octobre 2000. L'ensemble des textes subséquents ont été tous adoptés.

Ce code est tel que les conventions d'établissement ne seront plus nécessaires, la fiscalité est allégée et les procédures administratives simplifiées.

Afin de mieux développer le secteur minier, le gouvernement a adopté un programme d'action qui outre l'actualisation du cadre juridique s'articule autour d'un autre volet essentiel, le renforcement des Institutions en charge de la régulation et de la promotion du secteur minier

S'agissant du nouveau cadre juridique, la République gabonaise s'est engagée dans une politique de réforme structurelle basée sur la promotion de l'investissement privé considéré comme moteur de son développement économique. C'est dans ce cadre que s'inscrit le nouveau Code Minier et l'établissement du Code Général de l'Environnement auquel se réfère ce nouveau Code Minier.

Pour ce qui est du renforcement des Institutions, le Gouvernement a décidé :

d'améliorer la compétence de ses cadres par un programme de formation adéquat ,
de créer un guichet unique ,
de re-dynamiser son centre de documentation ,
de mettre sur pied une cellule de promotion minière ,
d'assurer une gestion optimale du cadastre minier.

L'objectif à atteindre est d'augmenter ses capacités de gestion du secteur minier

Le Gabon présente un certain nombre d'atouts :

une diversité de ressources minérales caractérisée par des indices ou gîtes de diamant, d'or, de métaux de base, de niobium, de phosphate, de barytine de potasse, de talc, etc...
Des infrastructures, domaine dans lequel le gouvernement a engagé plusieurs investissements. Les efforts financiers consentis dans ce domaine se concrétisent par les réalisations suivantes : voie ferrée, télécommunications, port en eau profonde, réseaux routiers, aéroports…
Un pays politiquement stable, où la paix sociale a été bien préservée malgré un environnement dans la sous-région Afrique Centrale particulièrement troublé.
Le volume des études réalisées et leur qualité constituent une infrastructure géologique non négligeable pour les investisseurs que nous souhaitons toujours plus nombreux pour notre pays. Ces études et données parfois sous forme numériques, sont accessibles aux investisseurs potentiels

ÉTAT DES LIEUX

Le pétrole

Le Gabon est le 3ème producteur pétrolier de l'Afrique sub-saharienne. Entièrement ouvert aux investisseurs étrangers, le secteur est déjà exploité par 37 entreprises, principalement nord-américaines et européennes.

Le manganèse

Le Gabon est le 2ème producteur mondial et assure près de 25% du Commerce international. Il est exploité à Moanda par la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG) dont les participations majoritaires sont détenues par le groupe ERAMET , l’Etat et l’épargne privée gabonaise détenant 30% des actions. Le gisement de Manganèse est d’excellente qualité avec une teneur de 50% de minerai. Deuxième producteur mondial, le Gabon assure près de 25% du Commerce international de ce minerai et restera encore, pour de nombreuses années, une source d’approvisionnement importante pour le monde occidental et même d’ailleurs.

Au cours de l’année 2004, la Compagnie Minière des Trois Rivières (CMTR) filiale de Companhia Vale Do Rio Doce (CVRD) a obtenu deux permis de recherche pour le manganèse à Okondja et Franceville. Elle réalise activement des travaux visant à déterminer les réserves. Les perspectives sont assez intéressantes et la décision finale devra être prise dès juillet 2005.

Récemment (2004) la société chinoise XUZHAN a obtenu une autorisation de prospection pour le manganèse dans les Monts Bembélé près de Ndjolé

Les mines

Or : Cette substance fût l’objet de la première exploitation minière ayant amené des revenus appréciables durant la période coloniale. L’or a été découvert en 1936 à Etéké et exploité dès 1937. il s’agissait de gisements alluvionnaires à haute teneur donnant des bénéfices rapides. La plupart des placers comme Etéké, Ndjolé, Rié, Ngounié et le Haut Ivindo ont été découverts et activement exploités entre 1936 et les années 1950. A partir de cette date la production a baissée de façon considérable avec un léger regain d’activité après la découverte de Ndangui en 1962.

La production cumulée d’or essentiellement alluvionnaire, a été de plus 40t. La production actuelle est tombée à environ 50kg/an, entièrement à mettre sur le compte des orpailleurs artisanaux.

L’audit réalisé avec le concours du BRGM, sur financement gabonais, ayant pour objectif de révèle que la production annuelle peut être estimée entre 300 et 700 kg.

Plusieurs permis et autorisations de prospection ont été attribués à différentes sociétés en vue de développer les gîtes primaires qui ont été mis en évidence au cours des différentes campagnes de prospection

Le Diamant : Les indices de diamant sont abondants au Gabon, mais généralement dispersés. Les premiers diamants ont été découverts dans les graviers aurifères de la région d’Etéké en 1938. A partir de 1945 des prospections systématiques ont permis la découverte de petits placers exploitables dans le sud du pays (Makongonio) . Plus tard les recherches se concentrèrent au nord, dans la région de Mitzic, et en 1966 furent découvertes les premières minéralisations en roche, lesquelles ne se sont néanmoins pas encore avérées économiques.

C’est en 1998 que l’exploration du diamant connaît un essor considérable avec d’importants travaux de prospection systématique réalisés par des sociétés telles que De Beers, SouthernEra et beaucoup plus tard Motapa Diamond qui ont acquis des permis de recherche.

Les travaux entrepris par ces différentes sociétés ont permis la mise en évidence de plusieurs dykes de kimberlite

Trois placers ont été exploités pour le diamant dans le sud-ouest du pays et ont fourni une petite production: Makongonio 18463 pierres pour un poids de 36223 carats, Waka 5348 pierres soit 1502 carats et M’Bigou. 1020 pierres pour un poids de 214 carats

Le Fer De nombreux indices existent au Gabon. Il s'agit de ceux de Minkébé, Bélinga, Boka-Boka, Batouala, , Monts Mbilan, Milingui. Parmi ces indices figurent ceux qui ont déjà fait l'objet d'études ayant démontrés l'existence de gisement.

Les platinoïdes : Chrome - Nickel

Le chrome et le nickel avec plus ou moins cuivre et cobalt donnent des anomalies géochimiques qui ont permis de localiser des massifs de roches mafiques et ultra-mafiques formant un chapelet d'une centaine de kilomètre de long . Les travaux actuellement entrepris par la société canadiennes Southernera qui détient un permis de recherche dans la zone des Monts de Cristal, ont permis d'identifier des minéraux du groupe du platine

Les sels potassiques et magnesiens :

REGION AU SUD DE MAYUMBA : les indices de potasse et de carnallite ont été reconnus dans le bassin sédimentaire côtier. La zone la plus favorable est celle de Mayumba dont les caractéristiques sont : la faible couverture sédimentaire recouvrant la série salifère et, une tectonique salifère très peu marquée. Cette série salifère est constituée presque exclusivement d'évaporites: environ 60% de halite (Na Cl), 30% de couches à carnallite (KMg Cl36H,0), 2% de bischofite (Mg Cl2.6Hz0) et tachyhydrite (Ca Mg2 C16.12H20), 5% d'anhydrite (CaS04) et de dolomie.

Les autres substances minérales :

S’agissant des matériaux de construction et d’ornementation, de nombreuses possibilités ont été inventoriées.

Le marbre de la région de Tchibanga a déjà fait l’objet d’une tentative d’exploitation. Les réserves sont estimées à plusieurs millions de tonnes.

un gabbro à pyroxène et olivine de qualité esthétique certaine est signalé à proximité immédiate du futur port en eau profonde de Mayumba.

de même, le granite rose de Fougamou pourrait être utilisé comme pierre de construction et constituer une pierre ornementale de qualité.

des gisements de calcaires dolomitiques de Lastourville, pourraient constituer un matériau d’exploitation en carrière dans le domaine des travaux publics ou des amendements agricoles.

les minéraux industriels de type argile ont été identifiés et peuvent alimenter des unités de production d’agglos ou d’industrie de la céramique.

AMBITIONS

Le pétrole
La production de pétrole au Gabon a atteint son pic en 1997 avec 18,5 millions de tonnes (Mt). La production ralentit progressivement depuis 1998, en raison essentiellement, de la baisse de rendement du site de Rabi-Kounga et à l'absence de nouvelles découvertes significatives :

1997
18,5 Mt

2003
13,3 Mt

Le niveau de production de pétrole brut en 2004 avoisinerait les 12 millions de tonnes.

Principaux champs exploités :

Actuellement, une trentaine de champs est exploitée, dont les principaux sont :

On-shore : Rabi-Kounga, Gamba/Ivanga, Echira, Coucal, Avocette
Off-shore : Baudroie-Marine, Ablette, Roussette, Pingouin, Mérou, Lucina, Mbva, Brême
Le pétrole reste un moteur essentiel de l'économie gabonaise : 77% des exportations du pays, 45% du PIB et 60% des recettes budgétaires courantes de l'Etat.

Les activités para-pétrolières (logistique, construction off-shore et on-shore, opérations de forage, maintenance, fourniture de matériels spécifiques) représentent une part importante de l'activité économique gabonaise. Ces activités sont concentrées sur la région de Port-Gentil.

L'activité de raffinage, assurée par la SOGARA, est destinée au marché intérieur. Son capital est détenu à 24,9% par l'Etat gabonais. En 2004, la production sera inférieure à 7 000 000 tonnes.

Dans le domaine de la distribution, les opérateurs sont privés : Total, Mobil Oil, Pizo et Shell.

Le manganèse

1997
1,9 Mt

2000
1,7 Mt

2003
2,0 Mt

Le manganèse est exploité par COMILOG.

Les mines

La COMUF (Compagnie des mines d'uranium de Franceville) a été amenée à gérer l'appauvrissement de ses gisements. Depuis 1999, l'exploitation des mines a été interrompue.

OPPORTUNITES

Maintien de l'activité pétrolifère

En matière d'exploitation, l'Etat gabonais pratique une politique marquée d'incitation à l'investissement étranger.
Les résultats commerciaux sont positifs : en 2001 les exportations représentent 1 508,7 milliards de CFA. Les investissements diminuent en 2004 pour se situer à 2,35 milliards de FCFA.

Intensification de l'extraction de Manganèse

Le manganèse est exploité par la COMILOG dont les participations majoritaires sont détenues par le groupe Eramet, l'Etat et l'épargne privée gabonaise détenant 30% des actions.

Développement de l'activité minière

Suite à différents travaux de recherche minière, 900 indices et gîtes minéraux variés ont été recensés parmi lesquels :

Fer : situés au Nord-Est du Gabon, les gisements du secteur de Bélinga sont les plus importants. Les réserves géologiques sont estimées en 2003 à plus d'1 milliard de tonnes, à 60% de teneur de fer.
Diamant : le diamant semble très répandu au Gabon. Un quart du territoire a déjà été prospecté pour le diamant, de très grandes zones demeurent donc inexplorées, principalement dans le nord du pays et dans le massif du Chaillu (centre-sud).
Niobium et Phosphate : un gisement de niobium a été découvert à Mabounié dans le Moyen-Ogooué, en amont de Lambaréné. La réserve de Phosphate est estimée à 140 millions de tonnes.
Le plomb-Zinc : dans le synclinal de la Nyanga, à Kroussou. Minéralisation en teneurs moyennes comprises en 8 et 10%. Réserves estimées à 6 600 tonnes.
Egalement, le talc, la barytine, les sels potassiques et magnésiens.
Autant de possibilités qui s'offrent aux investisseurs que le gouvernement gabonais voudrait convaincre et voir s'engager à ses côtés pour exploiter rationnellement et dynamiquement ces nouvelles ressources minières.

ACTEURS

Le pétrole

37 sociétés pétrolières étrangères sont présentes au Gabon. Les principaux opérateurs sont Total Gabon, Shell Gabon, Perenco (société française), suivis de sociétés américaines et canadiennes.

Répartition des entreprises :

19 américaines dont les opérateurs : Amerada Hess, Anadarko, Forcenergy, Marathon, Transworld, Panafrican, Pioneer, Vaalco
6 européennes dont les opérateurs : Total Gabon, Agip Gabon, Perenco Gabon, Shell Gabon et Total Astrid Marin Gabon
Une douzaine d'entreprises d'autres nationalités (australiennes : BHP, Fusion Oil & Gas, sud-africaines : Energy Africa, Sasol...)

Le manganèse

La Compagnie minière de l'Ogooué (COMILOG) exploite deux produits dérivés du manganèse :

le minerai métallurgique qui représente 95 % de la production en volume et 90 % en valeur, destiné aux usages sidérurgiques.
le bioxyde de manganèse destiné à la fabrication des piles électriques.
Le manganèse gabonais est exporté vers des pays industrialisés tels que les Etats-Unis, la France et le Japon. La présence de ce produit au Japon ouvre déjà des perspectives de coopération plus accrues entre les deux pays, tant au niveau commercial qu'au niveau du transfert de technologie, notamment dans le secteur métallurgique.