Jeudi 10 Avril 2008 Vous �tes sur : Accueil > Ses Dossiers
Telecom

�TAT DES LIEUX

Depuis quelques ann�es, le secteur des t�l�communications a connu d'importants changements, li�s � l'�volution des technologies, mais �galement � la lib�ralisation progressive du march�.

Le secteur affiche un potentiel de d�veloppement rapide, source de croissance �conomique.

40 000 lignes fixes de t�l�phone,
350 000 abonn�s GSM,
55 000 internautes soit 5% de la population,
13 000 abonn�s RTC et 350 abonn�s HD,
210 cybercaf�s,
25 000 micro-ordinateurs en service.
Depuis mai 2002, Libreville est raccord�e au c�ble sous-marin SAT3 (fibres optiques), qui relie l'Afrique � l'Europe.

La privatisation prochaine de l'op�rateur historique Gabon T�l�com attire les plus grands groupes internationaux.

AMBITIONS

Evolution rapide du secteur

Depuis 1997, l'op�rateur historique Gabon T�l�com, a d�velopp� de nombreux atouts gr�ce aux investissements mis en �uvre.

Depuis 1999, le d�veloppement des trois op�rateurs de t�l�phonie mobile a �t� rapide : Libertis (filiale de Gabon T�l�com), Telecel Gabon (filiale de Atlantique T�l�com) et Celtel Gabon (filiale de MSI Cellular).

En 2001, scission de l'OPT (Office des Postes et T�l�communications) en Gabon Poste et Gabon T�l�com et cr�ation de l'Agence de R�gulation des T�l�communications (ARTEL).

Depuis mai 2002, Libreville est raccord�e au c�ble sous-marin SAT3 (fibres optiques), qui relie l'Afrique � l'Europe. Le Gabon devient un Hub t�l�com haut d�bit pour l'Afrique Centrale.

Actuellement, l'op�rateur Gabon T�l�com r�alise trois boucles de desserte sur la capitale, qui vont permettre notamment d'enrichir l'offre Internet � tr�s haut d�bit. Le c�ble SAT3 a consid�rablement accru l'offre de Gabon T�l�com en terme de capacit� de transmission. Actuellement 60% des communications internationales transitent par SAT3.

De nombreuses soci�t�s de services informatiques (dont les 15 soci�t�s de services d�j� pr�sentes au Gabon) voit dans cette interconnexion haut d�bit au r�seau mondial un atout majeur de d�veloppement dans toute la r�gion au niveau professionnel mais aussi pour les particuliers.

La privatisation de Gabon T�l�com, pr�vue dans les prochains mois, offrira de nouvelles perspectives de croissance pour le secteur.
Objectif : ouvrir une premi�re tranche de 35% du capital de l'op�rateur � Gabon T�l�com � dont la gestion sera confi�e au secteur priv�.

Suite � l'appel � candidature lanc� en juillet 2003, 5 groupes se sont d�clar�s :

Telenor (Norv�ge),
Dtcon (Allemagne),
Maroc Telecom (Maroc) (Vivendi Universal 35%),
ZTE (Chine),
Sonatel (S�n�gal) (filiale de France T�l�com).
ACTEURS

Op�rateur de t�l�phonie mobile :

Celtel Gabon, filiale � 80% de MSI Cellular Investments (Pays Bas), a d�marr� sa commercialisation en juin 2000. A noter que Celtel revendique le premier rang du march� de la t�l�phonie mobile (42,2% de part de march�), qu'elle d�tient au titre du nombre des abonn�s totaux. Le r�seau Celtel couvre 17 localit�s sur sept provinces.
Libertis, filiale de Gabon T�l�com, qui repr�sente une part de march� de plus de 40% et assure la plus forte couverture y compris dans les zones rurales.
Telecel-Gabon (16% de part de march�) : la quasi-totalit� des parts de Telecel-Gabon a �t� c�d�e en 2002 par le groupe �gyptien Orascom � Atlantique T�l�com, groupe ivoirien.

Fournisseurs d'acc�s � internet :

Internet Gabon
Solsi
Gabon T�l�com (depuis 1997)
OPPORTUNIT�S

Les opportunit�s sont multiples. Outre la privatisation de Gabon t�l�com et l'essor de la t�l�phonie mobile, la lib�ralisation du secteur vise � placer les t�l�communications gabonaises en p�le position au niveau de l'Afrique Centrale par :

Le d�veloppement de l'Internet Haut d�bit,
L'am�lioration de la qualit� et de l'accessibilit� aux services de t�l�communications, et l'interconnexion des r�seaux nationaux,
Le d�veloppement des activit�s de services nationales et transnationales li�es aux nouvelles technologies de l'information et de la communication,
La constitution d'un p�le de formation � ces technologies.