Jeudi 10 Avril 2008 Vous �tes sur : Accueil > Ses Dossiers
Ressource naturelle

Mr Richard Onouviet, Ministre des Mines, de l'�nergie, du P�trole et des Ressources hydrauliques





La tradition mini�re du Gabon remonte aux ann�es 60 avec l'ouverture de deux grandes mines ( U, Mn). Apr�s l'�puisement du gisement d'uranium, la Comuf est actuellement ferm�e. En revanche, la Comilog est aujourd'hui le 5�me producteur mondial de mangan�se, 3�me producteur mondial de mangan�se m�tal et 1er exportateur mondial de bioxyde de mangan�se.

Apr�s avoir atteint une production annuelle de plus de 40 t durant la p�riode coloniale, l'or fait aujourd'hui l'objet d'une activit� artisanale. Dans le massif du Chaillu, les diamineurs ont produit de rares mais jolies pierres
Devant la d�pendance de l'�conomie gabonaise vis-�-vis des exportations d'hydrocarbures, le gouvernement gabonais a d�cid� de diversifier son �conomie. Cette politique vise surtout les secteurs du tourisme et des ressources naturelles : p�che, bois, p�trole et, mines.

Pour assurer la promotion de ces diff�rents secteurs, le gouvernement s'est attaqu� � la r�vision du Code des Investissements, du Code Douanier, du Code G�n�ral des Imp�ts et du code Minier. L'objectif poursuivi en r�visant ces lois est de rendre l'environnement des affaires plus attractif et de mieux les adapter au contexte �conomique international.

La volont� de l'Etat gabonais est d'am�liorer le cadre institutionnel et d'adopter des textes r�glementaires clairs, transparents, simples, et modernes afin de faciliter l'activit� �conomique et d'assurer sa r�gulation. Dans cette d�marche, le souci du Gabon est d'attirer de nouveaux investissements pour am�liorer les secteurs rentables existants.

S'agissant du secteur minier, un nouveau Code Minier a �t� promulgu� par le Chef de l'Etat le 12 octobre 2000. L'ensemble des textes subs�quents ont �t� tous adopt�s.

Ce code est tel que les conventions d'�tablissement ne seront plus n�cessaires, la fiscalit� est all�g�e et les proc�dures administratives simplifi�es.

Afin de mieux d�velopper le secteur minier, le gouvernement a adopt� un programme d'action qui outre l'actualisation du cadre juridique s'articule autour d'un autre volet essentiel, le renforcement des Institutions en charge de la r�gulation et de la promotion du secteur minier

S'agissant du nouveau cadre juridique, la R�publique gabonaise s'est engag�e dans une politique de r�forme structurelle bas�e sur la promotion de l'investissement priv� consid�r� comme moteur de son d�veloppement �conomique. C'est dans ce cadre que s'inscrit le nouveau Code Minier et l'�tablissement du Code G�n�ral de l'Environnement auquel se r�f�re ce nouveau Code Minier.

Pour ce qui est du renforcement des Institutions, le Gouvernement a d�cid� :

d'am�liorer la comp�tence de ses cadres par un programme de formation ad�quat ,
de cr�er un guichet unique ,
de re-dynamiser son centre de documentation ,
de mettre sur pied une cellule de promotion mini�re ,
d'assurer une gestion optimale du cadastre minier.

L'objectif � atteindre est d'augmenter ses capacit�s de gestion du secteur minier

Le Gabon pr�sente un certain nombre d'atouts :

une diversit� de ressources min�rales caract�ris�e par des indices ou g�tes de diamant, d'or, de m�taux de base, de niobium, de phosphate, de barytine de potasse, de talc, etc...
Des infrastructures, domaine dans lequel le gouvernement a engag� plusieurs investissements. Les efforts financiers consentis dans ce domaine se concr�tisent par les r�alisations suivantes : voie ferr�e, t�l�communications, port en eau profonde, r�seaux routiers, a�roports�
Un pays politiquement stable, o� la paix sociale a �t� bien pr�serv�e malgr� un environnement dans la sous-r�gion Afrique Centrale particuli�rement troubl�.
Le volume des �tudes r�alis�es et leur qualit� constituent une infrastructure g�ologique non n�gligeable pour les investisseurs que nous souhaitons toujours plus nombreux pour notre pays. Ces �tudes et donn�es parfois sous forme num�riques, sont accessibles aux investisseurs potentiels

�TAT DES LIEUX

Le p�trole

Le Gabon est le 3�me producteur p�trolier de l'Afrique sub-saharienne. Enti�rement ouvert aux investisseurs �trangers, le secteur est d�j� exploit� par 37 entreprises, principalement nord-am�ricaines et europ�ennes.

Le mangan�se

Le Gabon est le 2�me producteur mondial et assure pr�s de 25% du Commerce international. Il est exploit� � Moanda par la Compagnie mini�re de l�Ogoou� (COMILOG) dont les participations majoritaires sont d�tenues par le groupe ERAMET , l�Etat et l��pargne priv�e gabonaise d�tenant 30% des actions. Le gisement de Mangan�se est d�excellente qualit� avec une teneur de 50% de minerai. Deuxi�me producteur mondial, le Gabon assure pr�s de 25% du Commerce international de ce minerai et restera encore, pour de nombreuses ann�es, une source d�approvisionnement importante pour le monde occidental et m�me d�ailleurs.

Au cours de l�ann�e 2004, la Compagnie Mini�re des Trois Rivi�res (CMTR) filiale de Companhia Vale Do Rio Doce (CVRD) a obtenu deux permis de recherche pour le mangan�se � Okondja et Franceville. Elle r�alise activement des travaux visant � d�terminer les r�serves. Les perspectives sont assez int�ressantes et la d�cision finale devra �tre prise d�s juillet 2005.

R�cemment (2004) la soci�t� chinoise XUZHAN a obtenu une autorisation de prospection pour le mangan�se dans les Monts Bemb�l� pr�s de Ndjol�

Les mines

Or : Cette substance f�t l�objet de la premi�re exploitation mini�re ayant amen� des revenus appr�ciables durant la p�riode coloniale. L�or a �t� d�couvert en 1936 � Et�k� et exploit� d�s 1937. il s�agissait de gisements alluvionnaires � haute teneur donnant des b�n�fices rapides. La plupart des placers comme Et�k�, Ndjol�, Ri�, Ngouni� et le Haut Ivindo ont �t� d�couverts et activement exploit�s entre 1936 et les ann�es 1950. A partir de cette date la production a baiss�e de fa�on consid�rable avec un l�ger regain d�activit� apr�s la d�couverte de Ndangui en 1962.

La production cumul�e d�or essentiellement alluvionnaire, a �t� de plus 40t. La production actuelle est tomb�e � environ 50kg/an, enti�rement � mettre sur le compte des orpailleurs artisanaux.

L�audit r�alis� avec le concours du BRGM, sur financement gabonais, ayant pour objectif de r�v�le que la production annuelle peut �tre estim�e entre 300 et 700 kg.

Plusieurs permis et autorisations de prospection ont �t� attribu�s � diff�rentes soci�t�s en vue de d�velopper les g�tes primaires qui ont �t� mis en �vidence au cours des diff�rentes campagnes de prospection

Le Diamant : Les indices de diamant sont abondants au Gabon, mais g�n�ralement dispers�s. Les premiers diamants ont �t� d�couverts dans les graviers aurif�res de la r�gion d�Et�k� en 1938. A partir de 1945 des prospections syst�matiques ont permis la d�couverte de petits placers exploitables dans le sud du pays (Makongonio) . Plus tard les recherches se concentr�rent au nord, dans la r�gion de Mitzic, et en 1966 furent d�couvertes les premi�res min�ralisations en roche, lesquelles ne se sont n�anmoins pas encore av�r�es �conomiques.

C�est en 1998 que l�exploration du diamant conna�t un essor consid�rable avec d�importants travaux de prospection syst�matique r�alis�s par des soci�t�s telles que De Beers, SouthernEra et beaucoup plus tard Motapa Diamond qui ont acquis des permis de recherche.

Les travaux entrepris par ces diff�rentes soci�t�s ont permis la mise en �vidence de plusieurs dykes de kimberlite

Trois placers ont �t� exploit�s pour le diamant dans le sud-ouest du pays et ont fourni une petite production: Makongonio 18463 pierres pour un poids de 36223 carats, Waka 5348 pierres soit 1502 carats et M�Bigou. 1020 pierres pour un poids de 214 carats

Le Fer De nombreux indices existent au Gabon. Il s'agit de ceux de Mink�b�, B�linga, Boka-Boka, Batouala, , Monts Mbilan, Milingui. Parmi ces indices figurent ceux qui ont d�j� fait l'objet d'�tudes ayant d�montr�s l'existence de gisement.

Les platino�des : Chrome - Nickel

Le chrome et le nickel avec plus ou moins cuivre et cobalt donnent des anomalies g�ochimiques qui ont permis de localiser des massifs de roches mafiques et ultra-mafiques formant un chapelet d'une centaine de kilom�tre de long . Les travaux actuellement entrepris par la soci�t� canadiennes Southernera qui d�tient un permis de recherche dans la zone des Monts de Cristal, ont permis d'identifier des min�raux du groupe du platine

Les sels potassiques et magnesiens :

REGION AU SUD DE MAYUMBA : les indices de potasse et de carnallite ont �t� reconnus dans le bassin s�dimentaire c�tier. La zone la plus favorable est celle de Mayumba dont les caract�ristiques sont : la faible couverture s�dimentaire recouvrant la s�rie salif�re et, une tectonique salif�re tr�s peu marqu�e. Cette s�rie salif�re est constitu�e presque exclusivement d'�vaporites: environ 60% de halite (Na Cl), 30% de couches � carnallite (KMg Cl36H,0), 2% de bischofite (Mg Cl2.6Hz0) et tachyhydrite (Ca Mg2 C16.12H20), 5% d'anhydrite (CaS04) et de dolomie.

Les autres substances min�rales :

S�agissant des mat�riaux de construction et d�ornementation, de nombreuses possibilit�s ont �t� inventori�es.

Le marbre de la r�gion de Tchibanga a d�j� fait l�objet d�une tentative d�exploitation. Les r�serves sont estim�es � plusieurs millions de tonnes.

un gabbro � pyrox�ne et olivine de qualit� esth�tique certaine est signal� � proximit� imm�diate du futur port en eau profonde de Mayumba.

de m�me, le granite rose de Fougamou pourrait �tre utilis� comme pierre de construction et constituer une pierre ornementale de qualit�.

des gisements de calcaires dolomitiques de Lastourville, pourraient constituer un mat�riau d�exploitation en carri�re dans le domaine des travaux publics ou des amendements agricoles.

les min�raux industriels de type argile ont �t� identifi�s et peuvent alimenter des unit�s de production d�agglos ou d�industrie de la c�ramique.

AMBITIONS

Le p�trole
La production de p�trole au Gabon a atteint son pic en 1997 avec 18,5 millions de tonnes (Mt). La production ralentit progressivement depuis 1998, en raison essentiellement, de la baisse de rendement du site de Rabi-Kounga et � l'absence de nouvelles d�couvertes significatives :

1997
18,5 Mt

2003
13,3 Mt

Le niveau de production de p�trole brut en 2004 avoisinerait les 12 millions de tonnes.

Principaux champs exploit�s :

Actuellement, une trentaine de champs est exploit�e, dont les principaux sont :

On-shore : Rabi-Kounga, Gamba/Ivanga, Echira, Coucal, Avocette
Off-shore : Baudroie-Marine, Ablette, Roussette, Pingouin, M�rou, Lucina, Mbva, Br�me
Le p�trole reste un moteur essentiel de l'�conomie gabonaise : 77% des exportations du pays, 45% du PIB et 60% des recettes budg�taires courantes de l'Etat.

Les activit�s para-p�troli�res (logistique, construction off-shore et on-shore, op�rations de forage, maintenance, fourniture de mat�riels sp�cifiques) repr�sentent une part importante de l'activit� �conomique gabonaise. Ces activit�s sont concentr�es sur la r�gion de Port-Gentil.

L'activit� de raffinage, assur�e par la SOGARA, est destin�e au march� int�rieur. Son capital est d�tenu � 24,9% par l'Etat gabonais. En 2004, la production sera inf�rieure � 7 000 000 tonnes.

Dans le domaine de la distribution, les op�rateurs sont priv�s : Total, Mobil Oil, Pizo et Shell.

Le mangan�se

1997
1,9 Mt

2000
1,7 Mt

2003
2,0 Mt

Le mangan�se est exploit� par COMILOG.

Les mines

La COMUF (Compagnie des mines d'uranium de Franceville) a �t� amen�e � g�rer l'appauvrissement de ses gisements. Depuis 1999, l'exploitation des mines a �t� interrompue.

OPPORTUNITES

Maintien de l'activit� p�trolif�re

En mati�re d'exploitation, l'Etat gabonais pratique une politique marqu�e d'incitation � l'investissement �tranger.
Les r�sultats commerciaux sont positifs : en 2001 les exportations repr�sentent 1 508,7 milliards de CFA. Les investissements diminuent en 2004 pour se situer � 2,35 milliards de FCFA.

Intensification de l'extraction de Mangan�se

Le mangan�se est exploit� par la COMILOG dont les participations majoritaires sont d�tenues par le groupe Eramet, l'Etat et l'�pargne priv�e gabonaise d�tenant 30% des actions.

D�veloppement de l'activit� mini�re

Suite � diff�rents travaux de recherche mini�re, 900 indices et g�tes min�raux vari�s ont �t� recens�s parmi lesquels :

Fer : situ�s au Nord-Est du Gabon, les gisements du secteur de B�linga sont les plus importants. Les r�serves g�ologiques sont estim�es en 2003 � plus d'1 milliard de tonnes, � 60% de teneur de fer.
Diamant : le diamant semble tr�s r�pandu au Gabon. Un quart du territoire a d�j� �t� prospect� pour le diamant, de tr�s grandes zones demeurent donc inexplor�es, principalement dans le nord du pays et dans le massif du Chaillu (centre-sud).
Niobium et Phosphate : un gisement de niobium a �t� d�couvert � Mabouni� dans le Moyen-Ogoou�, en amont de Lambar�n�. La r�serve de Phosphate est estim�e � 140 millions de tonnes.
Le plomb-Zinc : dans le synclinal de la Nyanga, � Kroussou. Min�ralisation en teneurs moyennes comprises en 8 et 10%. R�serves estim�es � 6 600 tonnes.
Egalement, le talc, la barytine, les sels potassiques et magn�siens.
Autant de possibilit�s qui s'offrent aux investisseurs que le gouvernement gabonais voudrait convaincre et voir s'engager � ses c�t�s pour exploiter rationnellement et dynamiquement ces nouvelles ressources mini�res.

ACTEURS

Le p�trole

37 soci�t�s p�troli�res �trang�res sont pr�sentes au Gabon. Les principaux op�rateurs sont Total Gabon, Shell Gabon, Perenco (soci�t� fran�aise), suivis de soci�t�s am�ricaines et canadiennes.

R�partition des entreprises :

19 am�ricaines dont les op�rateurs : Amerada Hess, Anadarko, Forcenergy, Marathon, Transworld, Panafrican, Pioneer, Vaalco
6 europ�ennes dont les op�rateurs : Total Gabon, Agip Gabon, Perenco Gabon, Shell Gabon et Total Astrid Marin Gabon
Une douzaine d'entreprises d'autres nationalit�s (australiennes : BHP, Fusion Oil & Gas, sud-africaines : Energy Africa, Sasol...)

Le mangan�se

La Compagnie mini�re de l'Ogoou� (COMILOG) exploite deux produits d�riv�s du mangan�se :

le minerai m�tallurgique qui repr�sente 95 % de la production en volume et 90 % en valeur, destin� aux usages sid�rurgiques.
le bioxyde de mangan�se destin� � la fabrication des piles �lectriques.
Le mangan�se gabonais est export� vers des pays industrialis�s tels que les Etats-Unis, la France et le Japon. La pr�sence de ce produit au Japon ouvre d�j� des perspectives de coop�ration plus accrues entre les deux pays, tant au niveau commercial qu'au niveau du transfert de technologie, notamment dans le secteur m�tallurgique.