Samedi 3 Mai 2008 Vous �tes sur : Accueil > Actualit�s
Actualit�s Institutionnelles

Mardi 29 Avril 2008

Le poulain du Doyen Omar Bongo Ondimba prend les r�nes de la Commission de l�UA

L’ancien vice-Premier ministre, ex chef de la diplomatie gabonaise et candidat présenté en lice par le Doyen des leaders d’Afrique, Jean Ping, a officiellement pris ses nouvelles fonctions de président de la Commission de l’Union Africaine hier lundi 28 avril à Addis-Abeba (Ethiopie), au cours de la cérémonie de passation de service, présidée par le président en exercice de l'UA, Jakaya Kikwete, qui a eu lieu entre le Malien, Alpha Oumar Konaré et lui, sous les lampions de nombreuses représentations de la Communauté Internationale.

Dans son allocution de prise de fonctions, au cours de laquelle il s’est engagé solennellement à ériger la transparence et la bonne gestion des ressources africaines tout au long de son mandat, Jean Ping a également tenu à rendre un vibrant hommage au président de la République du Gabon, Omar Bongo Ondimba, qui a non seulement été son principal guide dans ses premiers pas sur la scène international, et ce, pendant de nombreuses années, mais aussi parce que celui qu’on qualifie sympathiquement de Sage du continent, aura aussi été son héraut, lors des campagnes inhérentes à la succession du président Alpha Oumar Konaré, auprès des autres chefs d’Etats membres de l’Union Africaine.

Convaincu de ce que la tâche qui lui est assignée de par la prise de ses fonctions est loin d’être facile, le nouveau président de la Commission de l’Union Africaine, Jean Ping, s’est voulu réaliste et pragmatique, dans son ambition offensive auprès des partenaires de l’Afrique qui en sont d’ailleurs principaux pourvoyeurs des capitaux, ce d’autant plus que l’organisation dont il a désormais la charge n’en dispose que très peu pour mener à bien les opérations de pacification dans les zones de tensions, au sein du continent. En sus, viscéralement attachés aux principes de promotion de la paix via le dialogue, reçus auprès de son mentor qui a moulé son expérience diplomatique, le gabonais a opté pour une résolution des conflits à la gabonaise, c’est-à-dire, non pas toujours par des incursions musclées et armées sur les zones de tensions, mais en invitant les protagonistes sur la table des négociations, afin d’éviter le moins d’effusions de sang possible.

« Alpha Oumar Konaré c’est un ancien chef d’Etat, donc un homme politique, et moi j’apporte une nouvelle touche, celle du diplomate, du tact et donc de la négociation », a déclaré, le président Jean Ping, invité hier sur le plateau d’une chaîne de télévision française. Répondant éloquemment et sans ambages aux questions de son interviewer, le Gabonais s’est d’ailleurs prêté au jeu des figures de style, en personnalisant le continent africain qu’il a comparé à un géant homme, dont le pied droit serait la paix et la sécurité, et le pied gauche représenterait le développement socio-économique, avec la structure de l’Union Africaine comme tête.

Il s’agit bien d’une image à travers laquelle le poulain d’Omar Bongo Ondimba, a voulu traduire la nécessité de faire en même temps la promotion de la paix et de la sécurité, en Afrique, tout autant que le développement socio-économique ; toutes choses réunies qui devraient faire avancer le continent et l’affranchir de son statut de géant aux pieds d’argile. Et cela passe par le maintien d’une bonne coopération avec les organes d’appui de la Communauté Internationale, pour lesquels il a d’ailleurs fait le vœu de transparence dans la gestion des Fonds que ces derniers pourront continuer d’apporter pour soutenir le Berceau de l’Humanité.

C’est donc en digne fils du Gabon et inconditionnel rayon du Doyen Omar Bongo, que le président Jean Ping, va désormais présider aux destinées de la Commission de l’Union Africaine, véritable force agissante de cette structure panafricaine, à travers laquelle il entend, dans la mesure de ses possibilités, redorer le blason du Vieux continent, tout en assurant singulièrement, le rayonnement de son pays, à l’image même du piédestal d’inspiration et de concertations aux fins des prises de plus grandes et importantes décisions du continent, que constitue fort heureusement Libreville, de nos jours, par l’entremise et les bons offices de « l’incontournable » Doyen Omar Bongo Ondimba.




Auteur : Andr�-Yves Mbongo'o, Site Officiel du Pr�sident Omar Bongo Ondimba